Je vous préviens, je ne vais pas chanter...

Bienvenue dans l’ambiance des cabarets et cafés-concerts du Paris des années 1870-1940. Au moment où l’Histoire s’écrivait au quotidien, la chanson était le reflet de l’époque, de ses espoirs et de ses désillusions, de ses réalités burlesques ou dramatiques.

 

Paris comptait énormément de lieux de spectacle au tournant du siècle et chaque établissement avait sa spécificité de répertoire, de public et de climat. Certains étaient des fiefs d’artistes ou de genres, d’autres étaient plus éclectiques, mais tous avaient indéniablement leur charme.

 

A travers les œuvres interprétées, symboles d’un patrimoine disparu, différents styles de chansons représentatifs de l’époque se succèdent : comique-troupier, pierreuse, trottin, gambilleur, révolutionnaire, diseur… qui permettent d’évoquer plusieurs thèmes propres à cette période : anarchisme, boulangisme, maison closes, guerre de 1914, petits métiers…

 

Des protagonistes récurrents permettent aux spectateurs de s’attacher et d’entrer harmonieusement dans cette période de l’Histoire. Chaque personnage charriant son lot de chansons et de poèmes, certaines thématiques permettent la confrontation de plusieurs individus, dans des scènes de groupe ou de chœur. La présence sur scène de la pianiste facilite l’échange et s’intègre parfaitement à l’ensemble.

 

Notre spectacle propose ainsi une pérégrination à travers la ville, du Mirliton, boulevard Rochechouart, fief d’Aristide Bruant, aux Funambules, dans le même quartier, pour retrouver Gaston Couté dans ses œuvres, en passant par L’Eldorado, boulevard de Strasbourg, où débuta Yvette Guilbert, sans oublier L’Européen, rue Biot, où officiait l’amuseur public n°1, Georgius.

 

 

Je vous préviens, je ne vais pas chanter… offre aux spectateurs la possibilité de s’immerger, le temps d’une soirée, dans l’ambiance de quelques salles de spectacles parisiennes sous la Troisième République.

  • Facebook Classic
bande-annonce