Il est minuit... Si on chantait ?

Ainsi, de La Colombe au Bateau Ivre, de La Villa d’Este au Milord l’Arsouille, en passant par Le Cheval d’Or, ils furent nombreux à courir de cabarets en cabarets. Barbara oui, mais aussi Pia Colombo, Catherine Sauvage, Christine Sèvres… Léo Ferré bien sûr, mais aussi Bobby Lapointe, Roger Riffard, Pierre Brunet… Le cachet n’était pas mirifique, le public pas toujours attentif et il fallait beaucoup de courage, et un peu d’inconscience aussi, pour chanter ou jouer des sketchs sur des scènes minuscules, quasiment sous le nez des spectateurs ! Cette proximité, cet échange, étaient la marque d’une époque où l’on ne connaissait pas la médiatisation à outrance. Le temps était à l’audace, à l’envie de se démarquer de ses aînés, au désir d’imposer des styles de musique et d’interprétation différents de ceux de la guerre et de l’avant-guerre.

 

Il est minuit… si on chantait ? évoque, grâce à un choix de textes et de chansons, cette période qui a vu l’émergence de tant de talents.

  • Facebook Classic
bande-annonce